Emirates annule une commande de 70 Airbus A350

Posted on 12/06/2014 by

0


Source: Les Echos du 12-06
Capture d’écran 2014-06-12 à 08.23.46

Capture d’écran 2014-06-12 à 08.25.20

Lire aussi en anglais http://www.toledoblade.com/business/2014/06/11/Airbus-loses-order-for-70-of-its-troubled-A350.html
ainsi qu’en français http://abonnes.lemonde.fr/economie/article/2014/06/11/airbus-annulation-d-une-commande-d-emirates_4435767_3234.html
et http://www.latribune.fr/entreprises-finance/industrie/aeronautique-defense/20140611trib000834529/le-developpement-d-emirates-se-fera-sans-airbus-a350-ni-b787-mais-avec-des-jumbos.html

Un extrait du magazine Chalenges ( http://www.challenges.fr/entreprise/20140611.CHA4973/pourquoi-emirates-a-renonce-a-l-a350-d-airbus.html )

Le choc passé, vient le temps des questions. Pourquoi Emirates a-t-il pris cette décision drastique, alors que l’A350 est dans sa phase finale de développement ? Est-ce un acte de défiance envers l’appareil ? John Leahy a balayé tout lien avec un supposé mécontentement d’Emirates sur les performances de l’A350, le communiqué d’Airbus évoquant une « revue » de la flotte d’Emirates.

De fait, la décision de la compagnie de Dubaï semble plutôt relever d’un choix stratégique. En renonçant à ses commandes d’A350, Emirates rationalise son gigantesque carnet de commandes, qui représentait, fin 2013, 385 appareils (166 milliards de dollars au prix catalogue !) sur trois familles d’appareils: 214 777 (dont 150 777X, la nouvelle version du bestseller), 101 A380 et 70 A350. Quelques mois plus tard, Emirates se concentre donc sur deux familles d’appareils: le 777 (206 à livrer, dont 150 777X) et l’A380, commandés à 140 exemplaires, dont 92 encore à livrer.

Plutôt que parier sur les nouveaux biréacteurs 787 et A350 (250 à 350 sièges), Emirates joue ainsi à fond sa stratégie de hub, en se concentrant sur les très gros porteurs, le bimoteur 777 et le quadriréacteur A380 (350 à 800 passagers). L’annulation de la commande d’A350 lui permet aussi d’éviter les coûts induits par l’introduction d’un troisième type d’avion dans sa flotte (maintenance, entraînement et qualification des équipages…).

Pourquoi dès lors Emirates s’était-il clairement positionné sur l’A350 en 2007, avec des livraisons commençant douze ans plus tard ? Peut-être pour bloquer des créneaux de livraisons et se laisser le temps de réfléchir à l’évolution du marché, et donc à la composition de sa flotte. D’autant que son statut d’incontournable client lui permettait d’anticiper une certaine bienveillance d’Airbus quant aux pénalités qui, contractuellement, vont de pair avec une annulation. Ce renoncement a, en tout cas, fait une victime, l’A350, qui s’appuie heureusement sur un carnet de commandes très solide. Dure à avaler pour Airbus, la décision d’Emirates, à bien y regarder, n’est pas forcément illogique.

Tagged: ,