SpaceX, Arianespace et les lancements institutionnels

Posted on 08/01/2018

0


Extrait du journal Le Monde
L’américain SpaceX détrône Arianespace

Dominique Gallois
La firme d’Elon Musk a lancé dix-huit fusées en 2017, contre onze pour sa rivale européenne

Quinze ans après sa création, en 2002, SpaceX accède à la première marche du podium spatial mondial. Grâce aux dix-huit tirs de sa fusée Falcon 9, l’américain détrône Arianespace et ses onze lancements répartis entre Ariane 5, Soyouz et Vega. Une déconvenue pour l’européenne, habituée des premières places, et un beau redressement pour la firme d’Elon Musk après deux années de turbulences, d’échecs et de retards.

Le trublion de l’espace n’entend pas en rester là. Cette année, la cadence des lancements devrait s’accentuer, « avec une dizaine de tirs de plus qu’en 2017 », confiait en novembre au site Space News Gwynne Shotwell, la patronne des opérations de SpaceX. L’objectif est ambitieux, puisqu’il s’agit d’atteindre un rythme de croisière annuel de 30 à 40 tirs.

La compétition s’annonce d’autant plus vive que, dans le même temps, la firme américaine ne cesse d’innover. En 2016, SpaceX avait réussi à faire revenir sur Terre le premier étage de sa fusée, pour le réutiliser. Ce qui était à l’époque un exploit spectaculaire – se poser sur une barge flottant sur l’Atlantique – est devenu quasiment banal. Quatorze étages de lanceurs sont revenus sans encombres en 2017. Certains ont été réutilisés.

Autre défi, pour commencer l’année, la firme américaine fera décoller en janvier sa nouvelle fusée. La Falcon Heavy, la plus puissante au monde, dispose d’une capacité double de celle des plus gros lanceurs actuels. Dotée de 27 moteurs, elle propulsera en orbite « plus de 54 tonnes, soit une masse équivalente à un Boeing 737 chargé de ses passagers, équipage, bagages et carburant », indique SpaceX.

La pression sur les Européens est considérable. Comment rester dans la course, face à celui qui voici quatre ans a fait voler en éclats les règles du jeu spatial en cassant les prix de lancement, et brisé le duopole historique formé avec le russe Proton ? « Nous sommes face à un nouveau duopole reposant sur deux modèles économiques complètement différents qui devraient perdurer », estime Rachel Villain du cabinet Euroconsult. Elle note toutefois « une plus grande souplesse et une meilleure adaptabilité » chez SpaceX, en raison de sa structure plus légère et de ressources financières plus importantes.

Depuis 2014, la réponse à l’américain s’appelle Ariane 6, le successeur d’Ariane 5 dont le premier lancement est prévu en 2020. « C’est la pierre angulaire de tous les scénarios », confirme Stéphane Israël, le président exécutif d’Arianespace. Un lancement avec Ariane 6 sera 40 % moins cher qu’avec Ariane 5 et donc compétitif avec ceux proposés par SpaceX. « La fusée sera adaptée aux nouveaux marchés qui émergent, comme celui des constellations composées de myriades de petits satellites. »

Le poids des institutionnels

Si les plans ont été arrêtés avant que SpaceX démontre la possibilité de réutilisation, il n’est pas question de les modifier. « La réutilisation des étages ne vaut que si les cadences de lancements sont très élevées, ce qui n’est pas le cas pour Ariane, et l’économie qui en ressortirait dans le contexte européen reste donc à préciser », ajoute M. Israël, avant de temporiser. « En parallèle à Ariane 6, nous devons déjà réfléchir à ses évolutions et aux moyens de réduire fortement les cycles de développement. »

Cette course ne peut se faire sans le soutien financier des Etats pour qui l’accès à l’espace est stratégique. D’ailleurs, le monde spatial est dominé par les lancements institutionnels (civils ou militaires), qui représentent l’essentiel des mises en orbite – 70 % des 91 lancements en 2017.

Or, ces lancements sont réservés, aux Etats-Unis, à des fusées nationales, et sont facturés le double de ceux proposés aux vols commerciaux, ce qui donne aux firmes spatiales une marge financière pour affronter la concurrence et se développer. Pour SpaceX, cela représente en valeur les deux tiers de son carnet de commandes, contre un tiers pour Arianespace. Car en Europe, la situation est différente. Non seulement les missions institutionnelles sont peu nombreuses (deux sur les onze lancements de 2017), mais, de plus, la fusée européenne est mise en compétition avec les autres lanceurs.

Pour que le modèle économique d’Ariane 6 soit viable, les industriels demandent que l’Europe lui réserve cinq à six lancements annuels, sachant qu’au début de la prochaine décennie, pas moins de sept tirs institutionnels sont prévus chaque année. « L’idée progresse, mais il faut accélérer, insiste M. Israël. Chaque partenaire doit s’interroger sur ce qu’il est prêt à faire pour le succès du lanceur. C’est primordial. »

Posted in: Actualités, Espace